Rêver un impossible rêve

« Commence à croire en la possibilité de l’incroyable »

C’est ce que je me suis entendue dire lors d’une séance de coaching  (accompagnement global d’une femme dans sa quête de sens tant sur le plan perso que pro.. 🙂 ) comme je les aime, avec une femme engagée, “prête”, consciente, sensible, intelligente…

Ça veut dire quoi?

Arrêtez de croire en vos limites, à certaines croyances, à certaines idées et ouvrez-vous à la possibilité de croire … à ce qui jusqu’à maintenant vous paraissait impossible.

Pas avec la tête, puisqu’elle pense que c’est impossible. Nous ne pouvons pas nous projeter dans un possible de l’endroit où nous nous trouvons, dans cet espace “limité”, ou que l’on croit encore limité puisque nous n’avons pas encore fait l’expérience de cet autre chose (bien sûr je mets tout ça entre guillemets car je sais et vous le savez certainement que nous sommes des être illimités qui avons juste besoin de nous le rappeler…).

De cet endroit où nous nous croyons encore limité, il est parfois très compliqué de se projeter dans l’incroyable possible… C’est normal et ce n’est pas grave!

Et il n’y a surtout pas à se forcer ni à se taper sur la tête pour y arriver…

C’est comme si j’essayais de me projeter dans un futur où je parle couramment chinois. Je vais juste pouvoir me voir “baragouinant” quelque chose dans un environnement qui me fera croire que je parle  chinois. Mais je ne vais pas pouvoir me projeter en train de parler chinois « pour de vrai”. Je ne sais pas parler chinois!! Je ne vais pas l’inventer! Je ne peux que projeter le film de mes références, d’un déjà connu, déjà vu, déjà aperçu.

C’est comme d’être aveugle et d’essayer de définir une couleur, le ciel, les étoiles…

Dans notre  espace  de l’impossible nous sommes souvent aveugles au possible..

 

Je ne peux pas imager ce que je ne connais pas. Je ne vais pas pouvoir visualiser la joie, l’amour, l’abondance, la réussite, la paix,.. ou quoi que ce soit d’autre auquel j’aspire si  ce n’est pas dans mes références connues ou dans mon monde actuel. Je ne vais que pouvoir coller des images qui me font penser à…

J’ai beaucoup de clientes qui culpabilisent de ne pas savoir visualiser le bonheur alors qu’elles sont en pleine souffrance. Qui s’en veulent de ne pas avoir quoi faire alors qu’elles sont en deuil ou en quête de sens. Chaque chose en son temps. La culpabilité ne sert à rien et ce sera l’objet d’un autre article.

 

Essayer de se projeter dans un à priori impossible rajoute parfois de la souffrance à la douleur parce que nous n’y arrivons pas! Nous ne pouvons pas inventer ce qui à priori est impossible parce qu’inconnu! Nous ne pouvons pas avoir des images, ou inventer un réel qui ne nous est pas (encore) accessible…

Comment faire alors pour rêver l’impossible?

En revenant au présent. Toujours. Et en portant simplement notre attention sur les sensations, sentiments qui nous viennent lorsque nous émettons l’idée que l’impossible pourrait être possible. Sans forme. Sans image. Sans idée préconçue. Juste émettre une idée, gouter à l’idée de… “et si c’était possible quand même?”.

En restant focalisé sur nos sensations. Goutons-les. Sentons le sourire qui accompagne l’idée que “en fait ça pourrait être possible même si je ne sais pas comment…”

Et vivons notre journée, notre semaine, notre vie avec l’idée et le sentiment accolés au sourire du “c’est possible”.

Il y a juste à croire. Ou à Croire.

Je vais vous raconter une anecdote à ce propos. L’année dernière, au cours de mes bouleversements personnels, j’essayais de me projeter dans une nouvelle maison puisque je savais que j’allais quitter la mienne. Je ne savais pas quand, ni comment, ni même si j’allais pouvoir racheter quelque chose… Mais je regardais les petites annonces, pour voir, pour me projeter, pour essayer de rêver… J’ai vu une maison sur un site et j’ai eu comme un coup de coeur alors j’ai mis un coeur sur l’annonce. Elle ne correspondait à priori pas à ce que j’aimais mais il y avait quelque chose qui me plaisait suffisamment pour que je puisse me projeter. Et chaque fois que je regardais les annonces je retombais dessus… Avec le même petit truc au corps, comme une envie. À peu près à la même époque je reçois un coup de fil d’une jeune femme qui me fait part d’un projet professionnel et qui me dit qu’elle aimerait vraiment travailler avec moi et que l’on discute de ce projet. C’est dans la même ville que la maison…Tiens donc! On se voit et la rencontre est belle.. On avance alors ensemble vers ce projet, comme je suis un peu occupée par mes pérégrinations personnelles elle se met en quête d’un local professionnel pour le projet. Sans succès. Un jour elle m’appelle et me dit “j’ai eu un coup de coeur pour une maison, à vendre, pas du tout dans ce qu’on avait projeté mais je voudrais que tu viennes la voir, ça pourrait être génial…” Vous imaginez la suite? Je suis allée voir la maison avec elle. C’était LA maison. Celle que j’avais vu, celle dans laquelle je me projetais en ne sachant pas du tout comment je pourrais y vivre mais pour laquelle j’avais laissé ouvert le “possiblement possible.. “ Aujourd’hui cette maison est notre futur lieu d’accueil professionnel.. C’est ma deuxième maison. Jamais je n’aurais imaginé cela possible.Jamais je n’aurais imaginé simplement cela. C’était totalement hors de mon champ de vision. J’avais juste laissé ouvert la possibilité d’un possible, avec la confiance, le détachement, la foi. Sans forme, ni préjugé, ni idée préconçue. Et puis j’avais oublié.

N’allez pas non plus vous imaginer que j’ai été parfaitement en état d’ouverture pendant tout ce temps.. Loin s’en faut. Mais j’avais semé une graine! Avec suffisamment de force et de joie dans l’instant pour qu’elle pousse à un moment donné.

Il suffit d’un instant pour croire.

Un instant d’éternité…

 

Copyright © 2018 – Chrystèle Petiteau – http: //chrysteledemeerseman.com/ – Tous droits réservés

J’espère que cet article vous aura été bénéfique, si c’est le cas je vous invite à le partager et à me partager vos impressions.

En vous inscrivant à l’info-lettre , vous recevrez un cadeau, un ebook pour vous aider sur le chemin du bonheur, ainsi qu’un abonnement à mes info-lettres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *